Beaulieu - Lausanne, 20 & 21 novembre 2024

A@W Newsletter

Dans les coulisses, un regard sur la pensée des architectes

14 décembre 2023

Les questions d'environnement et de durabilité influencent inévitablement le monde de l'architecture et du design. Les processus, les technologies et surtout les nouvelles approches du design soulèvent aujourd'hui de nombreuses questions dans un contexte en constante évolution. ARCHITECT@WORK a rencontré Ross Lovegrove, un protagoniste de la scène contemporaine, afin de connaître ses réflexions et ses points de vue sur l'avenir.

 

 

Enrico Leonardo Fagone: Que signifie pour vous l'expérience créative? Comment est-il possible de combiner différents besoins et objectifs dans le travail de conception ? Et pourquoi la relation entre la nature et les technologies modernes est-elle si importante pour vos recherches?

 

Ross Lovegrove: Plus nous nous rapprochons des principes biologiques ou non mécaniques de l'évolution et de l'adaptation naturelle, plus nous nous rapprochons d'une symbiose avec la biosphère et ses systèmes équilibrés propices à la vie. Il ne s'agit pas d'un "stylisme" superficiel ni même d'un mode d'expression, mais plutôt d'un processus de convergence entre les différentes disciplines. L'objectif étant que le résultat final respecte les lois de la nature et des êtres vivants. Je pense que de cette méthode de travail peut naître un design ou une architecture étonnamment intéressants, et avec lesquels nous pouvons créer un espace de vie incroyablement beau.

 


Alpine Capsule, Moritz Graffonara, Alta Badia - Italie, 2010.

 


Ilabo Shoes, United Nude, 2015.

 

ELF: Pouvez-vous expliquer le contexte qui guide vos projets? Quelle approche méthodologique utilisez-vous pour relier les objectifs du design à votre vision et à votre éthique?

 

RL: Par définition, les projets sur lesquels je travaille sont déterminés par la réalité, la manière de vivre et de travailler et, dans la mesure du possible, par l'extrême limite de l'ingéniosité humaine, indépendamment de leur taille ou de la technologie requise. Cela signifie également que je dois exploiter pleinement le temps dans lequel nous vivons, avec une vision très ouverte et multidisciplinaire. C'est pourquoi je me tiens aussi à jour que possible en ce qui concerne toutes les formes d'innovation technologique et matérielle. Si je regarde mes expériences passées dans le domaine du design, c'est comme si j'avais toujours suivi l'inconnu et l'au-delà. Et maintenant que nous entrons dans ce qui est peut-être la phase la plus stimulante de l'histoire de l'humanité, je pense plus que jamais que la manière dont nous concevons, produisons et innovons doit faire un pas encore plus audacieux vers l'avenir. Presque tout ce que nous concevons et réalisons aujourd'hui doit viser à remplacer un passé parfois illogique, ou du moins à éveiller notre conscience à un avenir radicalement différent et écologiquement intégré.

 

 


Go Chair, Bernhardt Design, 1998-2001.

 

 

ELF: Dans vos projets, vous avez toujours attiré l'attention sur le rôle du design en tant que contribution à une vie meilleure pour l'ensemble de la communauté humaine. Vous avez également souligné le rôle central de l'individu dans la définition d'une relation avec la nature. L'époque actuelle semble confirmer ce que vous avez étudié et mis en avant au cours de décennies de recherche. Que diriez-vous à la jeune génération d'architectes et de designers qui s'intéressent aux questions pertinentes de l'environnement, de la préservation de la nature et de l'innovation technologique?

 

RL: Je vous remercie pour la reconnaissance de mon travail que vous me témoignez. Elle m'est très précieuse. Dans mes conférences, appelées "TED Talks", j'ai toujours parlé de l'importance de l'instinct et de la conscience. Et j'ai également parlé de "connaissance", mais pas de savoir, comme si l'esprit et les sens n'étaient qu'un "portail" permettant d'accéder à une compréhension plus profonde de la raison pour laquelle quelque chose pourrait ou devrait exister. Je pense que Steve Jobs nous a donné une leçon à cet égard. C'est comme s'il y avait un sixième sens qui pouvait aider les gens à franchir des barrières de compréhension apparemment insurmontables. C'est une façon de penser très directe, spontanée et libre. Dès mon plus jeune âge, j'ai constaté que lorsque j'étais calme et que j'observais la nature autour de moi, je pouvais élargir mon horizon et spéculer sur des matériaux ainsi que sur des formes de vie, incroyablement difficiles à comprendre et tellement abstraites.

 

 



SuperBiomorphe Yacht, 2023.

 

 

Dans ma conférence "Genesis", donnée il y a dix ans au TED Global d'Oxford, j'ai décrit la nécessité de développer un algorithme capable de collecter toutes les données connues sur un produit donné, par exemple une caméra, et sur tous les dispositifs d'imagerie optique, puis de les classer afin d'aboutir à une solution optimisée de la manière la plus intelligente possible. En proposant ce principe pour la conception, libre de toute idiosyncrasie humaine, j'ai pensé qu'il était essentiel d'établir de nouvelles règles de base qui respectent l'environnement, l'écologie, l'idéologie, la biosphère, la logistique, les ressources matérielles, la consommation d'énergie, etc. Il doit y avoir un noyau de solution définitive pour tout, de la voiture au smartphone. Ce n'est que lorsque celui-ci sera identifié que la biodiversité pourra être appliquée, de la même manière que les principes darwiniens de la diversité peuvent être appliqués sans affaiblir la beauté de l'espèce évolutive originelle.

 

 


DNA Staircase, 2001-2005.

 


Arbre solaire, Artemis, 2008.

 

 

Aujourd'hui, je suis totalement immergé dans le domaine de l'intelligence artificielle générative et j'utilise mes principes, mes archives et ma "trajectoire", dont j'ai déjà parlé. De ce que je peux voir, il y a actuellement une sorte d'extension "quantique" naturelle de notre imagination. Et celle-ci se redéfinit organiquement, morphologiquement, biologiquement, mais aussi émotionnellement. Un processus qui, à mon avis, nous mènera fondamentalement à un nouvel "HoIocène", dans lequel l'intelligence humaine et l'intelligence artificielle se mélangeront - une nouvelle civilisation construite sur le nouveau.

 

Né en 1958, Ross Lovegrove est diplômé de l'école polytechnique de Manchester en 1980, où il a obtenu un Bachelor of Arts en design industriel. Après avoir obtenu un master en design au Royal College of Art de Londres en 1983, il a commencé à travailler pour Frog et sur des projets technologiques pour des entreprises comme Sony et Apple. Il a ensuite rejoint Knoll International à Paris en tant que conseiller, où il a développé le système de bureau Alessandri, qui a connu un grand succès.

 

En 1984, il a été invité à l'Atelier de Nîmes avec Jean Nouvel et Philippe Starck, où il a travaillé comme consultant pour Cacharel, Louis Vuitton, Hermès et Du Pont, entre autres.

 

En 1986, il est retourné à Londres et a travaillé sur des projets pour Airbus Industries, Kartell, Cappellini, Moroso, Luceplan, Driade, Peugeot, Apple, Issey Miyake, Vitra, Motorola, Biomega, LVMH, Narciso Rodriguez, Yamagiwa, Tag Heuer, Swarovski, Herman Miller, Artemide, Renault, Japan Airlines, Toyo Ito Architects, Kenzo, Valextra, GH Mumm, LG, F1, Mameha Skin, Samsung et KEF.

 

Il a reçu de nombreux prix internationaux et nombre de ses créations font partie des collections permanentes du Museum of Modern Art et du Guggenheim Museum à New York, du Centre Pompidou à Paris, du Vitra Design Museum à Bâle, de la Neue Sammlung à Munich et du Design Museum à Londres.

 

 

Cet article est une traduction d’un article écrit par Enrico Leonardo Fagone

 

Toutes les photos : © Ross Lovegrove

Dans les coulisses, un regard sur la pensée des architectes
Retour à l'aperçu

En collaboration avec

 

Avec le soutien de

Médias

Design & Plan